Pokémon GO est actuellement le phénomène regroupant des millions de gens partout dans le monde. En France, cette mode est très présente et se montre dans les grandes villes grâce aux événements ayant eu lieu et au haut taux de spawn dans celle-ci, mais elle se ressent aussi en campagne malgré la difficulté du jeu, du à un manque de Pokéstops et de présence de Pokémon.

Depuis quelques jours, un député du parti « Les républicains », nommé Vincent Ledoux, est contre le jeu et demande qu’il soit encadré par des lois.

Pourquoi tout cela ?

Celui-ci se plaint tout d’abord sur un point de vue de sécurité et de données personnelles. En effet, Vincent Ledoux souhaite que les politiques encadrent correctement le jeu et s’exclame :

« Ce qui ne devrait être qu’un produit de divertissement pourrait se transformer en sujet de dangers potentiels si le législateur n’y prenait garde et ne venait y mettre de l’ordre »

Malgré le fait que Pokémon GO permet à de nombreuses personnes de sortir, de voir le jour et de rencontrer du monde, de nombreux fait divers amplifie le propos de Vincent Ledoux. Pour lui, Pokémon GO est un danger total.

« Un jeune homme de 22 ans, en pleine chasse, a récemment percuté un muret en voiture. Et oui, chasser ou conduire, il faut choisir ! »

Mais le député n’est pas totalement contre l’application. Il regrette simplement le fait qu’il « n’existe pas de réglementation applicable aux jeux en ligne qui permettrait, pour le moins, d’analyser les risques avant leur mise sur le marché, d’en évaluer leur fonctionnement et de prévoir des modalités d’agrémentation les rendant conformes au droit national et européen ».

Il souligne également le danger que les données personnelles des joueurs vers des serveurs américains ne soit pas assez protégé et préférerait que ces serveurs soit surveillé par les autorités européennes de protection des données.

Et il rajoute :

« les achats intégrés à l’application excluent tout droit de rétractation tel que prévu pourtant par notre code de la consommation, fragilisant ainsi les publics vulnérables comme les mineurs »

Les résultats de son combat

Malgré ses arguments, le député n’aura rien car le gouvernement a annoncé officiellement mardi qu’il n’était pas question de légiférer. « Au volant ou à pied, il faut respecter les règles de circulation », a indiqué Axelle Lemaire, secrétaire d’État, au Parisien, écartant tout projet de loi spécifique pour ce jeu.