Bonjour chers dresseurs!

Le site Games Industry a publié le 10 novembre une interview de Mike Quigley sur l’avenir de Pokémon Go. Mike Quigley est le CMO (Chief Marketing Officer) de Niantic. L’interview est en anglais, pour les anglophiles, vous pouvez la retrouver ici. Quant aux autres, nous vous en avons fait une traduction, en essayant d’être le plus fidèle possible à l’original.


mikequigley693

Mike Quigley, CMO de Niantic.

 

La traduction :

L’hiver arrive.

C’est un problème qui n’atteint pas la plupart des développeurs de jeux. En fait, les températures froides tendent à aider les ventes de jeux. Pour Niantic, les créateurs du plus grand phénomène vidéoludique de l’année – Pokémon Go – c’est un challenge.

La mania de l’été, quand le jeu sur mobile a pris le contrôle du monde, a pu diminuer, mais Pokémon Go demeure largement joué. Il reste encore au top des ventes sur Iphone, où il avait été depuis que le phénomène a débuté, et la semaine passée – quand Niantic a établi une série d’évènements autour d’Halloween – le jeu voyait son nombre global d’utilisateurs quotidien grimper de 13,2% sur la première semaine (aux USA, où Halloween est une grande institution, cette augmentation était de 19,2%).

Le MMO du monde réel reste une bonne affaire et génère de significatives sommes d’argent. Mais c’est aussi un jeu qui a bénéficié de sa fenêtre de lancement en été – le challenge sera maintenant de maintenir les joueurs dehors durant cette période de froid et de chauds vêtements.

« Nous allons surveiller cet aspect, qui viendront d’ici l’an prochain, nous pourrions commencer à penser à faire des choses pour des cas comme l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Amérique du Nord, qui vont bientôt traverser leur hiver, » déclare Mike Quigley, chief marketing officer pour Niantic.

« Beaucoup de gens nous donnent du crédit pour le timing du lancement en été, mais nous avons aussi vu de fortes prises dans des endroits comme l’Australie et le Brésil, alors que c’était l’hiver pour eux. Il y a beaucoup de dynamiques saisonnières que nous devons considérer. C’est une variable pour laquelle beaucoup de développeurs n’ont pas besoin de s’occuper. Espérons que nous pouvons apprendre et trouver des façons de garder les consommateurs engagés. Peut être qu’il y aura d’autres pics de vente correspondant aux ventes de gants, bonnets et manteaux (NDLR : référence comparative aux pics de vente des batteries externes en été). »

Le fait que Niantic planifie pour l’an prochain est une preuve indirecte que Pokémon Go n’est pas sur le point de disparaitre. Le jeu a explosé sur une nuit lorsqu’il fut lancé au début de juillet, atteignant rapidement 500m installations. En août, un éminent journaliste m’a dit que 90% du trafic de son site arrivait sur les histoires et les guides au sujet du jeu, alors qu’il était même devenu une caractéristique régulière dans les shows télévisés, les sites web traditionnels et avait même recueilli beaucoup de célébrités dans ses fans.

Le jeu a transformé Niantic, un studio qui avait débuté comme une « unité autonome » au sein de Google – essentiellement un business fonctionnant séparément au sein d’une structure plus large. Niantic devient un développeur indépendant l’an passé, et attire immédiatement de gros investisseurs tels que Google (encore), Nintendo et The Pokémon Company.

« Cela nous donne le meilleur des mondes, » déclare Quigley. « Nous avons toujours le soutien de Google, ainsi que celui de Nintendo et The Pokémon Company, avec l’indépendance que nous voulions nous permettant d’agir plus rapidement. Nous avons énormément de flexibilité. »

Un an après cet investissement, le succès de Pokémon Go a placé Niantic dans une très puissante position financière. Cependant le studio insiste sur le fait qu’il fait très attention lorsque vient le moment de dépenser l’argent.

« Nous prévoyons de doubler la taille de l’équipe durant la prochaine année, » déclare Quigley. « Mais nous venons d’atteindre 70 personnes maintenant, pour en avoir entre 140 et 150 au milieu de l’an prochain. Nous voulons être conscient du coût et de la façon dont nous grandissons. Nous allons grandir, mais de façon responsable et prudente, ainsi nous n’iront pas au devant de nous-mêmes. »

Il continue : « La plupart des personnes ne le savent pas, mais c’est la quatrième start-up de notre CEO John Hanke. Avec cette expérience, il est vraiment, vraiment songeur sur comment, quand et où nous devons investir. Nous sommes brutaux sur la façon dont nous déterminons la priorité sur où nous allons ajouter des fonds, du personnel et des ressources, mais aussi aussi dans l’identification de places que nous allons retenir et voir comment le business se passe. Pokémon Go est sorti en dehors de toutes nos attentes les plus sauvages, mais s’il avait été juste médiocre, nous aurions toujours été ok. C’est un marathon, pas un sprint. Nous avons la patience de prendre une vue sur le long terme. »

« Prenez Ingress. C’est un jeu pour lequel nous n’avons introduit nos caractéristiques les plus populaires que lors de sa deuxième année. Ce n’est pas un indice pour dire que les plus grandes caractéristiques de Pokémon Go ne viendront pas avant sa deuxième année, nous avons beaucoup de grosses mises à jour qui vont arriver de façon imminente. Mais nous restons prêts et stables, et prenons ça semaine par semaine, mois par mois, pour nous placer dans une position unique. »

Ça n’a pas pris longtemps pour que Quigley mentionne Ingress. Pokémon Go peut être le gros truc sexy du portfolio de produit de Niantic, mais Ingress est ce sur quoi tout a été bâti. Le CEO  Tsunekazu Ishihara de The Pokémon Company était un joueur de haut niveau de Ingress, tout comme sa femme, ce qui fut la raison du pourquoi il voulait Niantic en premier choix.

Ingress – qui est aussi une expérience du monde réel – est maintenant dans sa quatrième année et viens juste de passer les 20m d’installations.

Il a aussi, en même temps que les ventes des produits de la Nintendo 3DS, bénéficié du succès de Pokémon Go – prouvant le vieil adage qu’une marée montante soulève tout les bateaux (NDLR : adage culturel, traduit mot à mot).

« Alors que les gens apprécient Pokémon Go, certains d’entre eux ont aussi découvert Ingress, » reconnait Quigley. « Vous savez, par rapport à Pokémon Go, c’est un peu plus ciblé envers des core gamers, parce qu’il y a d’autres types de gameplay dedans que nous avons ajouté au fil de ces 4 années, c’est donc un petit peu plus avancé. Nous sommes fier d’Ingress et nous allons continuer à investir dedans. »

Ingress a été un super outil d’apprentissage pour Pokémon Go, dit Quigley. Pourtant, la firme a été sous le choc de la popularité soudaine du jeu, une grande partie de la manière dont les joueurs se comportaient était en accord avec la façon dont les utilisateurs d’Ingress agissaient.

Ingress a aussi appris à Niantic au sujet des outils anti-triche, le support au client et comment promouvoir son produit au sein de la communauté.

Bien évidemment, la croissance de Pokémon Go a créé ses propres problèmes, particulièrement quand des millions de personnes ont commencé à errer autour des rues en regardant leur téléphone. Des signalements d’accidents dus à Pokémon Go se sont répandus, autant que les plaintes de musées et de lieux de culte qui ont soudainement été inondé par des joueurs de Pokémon Go essayant d’attraper des Pokémons ou se battre dans les arènes.

« Ce type d’expérience, où vous sortez et explorez vos villes, à cette échelle, oui, ce genre de chose arrivera, » concède Quigley. « Ça a été une expérience d’apprentissage pour notre équipe des opérations. Ça a été notre priorité principale pour nous. Lorsqu’il y avait un lieu qui était particulièrement sensible, nous essayons d’y remédier le plus rapidement possible. »

« La sécurité des joueurs, c’est plutôt un gros point pour nous. Nous la surveillons constamment. »

Cependant, tout le monde ne se plaint pas au sujet du placement de Pokéstops et d’arènes Pokémon. En fait, des détaillants physiques ont appelé Niantic pour placer leurs commerces dans le jeu, ce qui a présenté au développeur une intéressante alternative de modèle pour leur business.

Quigley dit : « Je me souviens dans les premiers jours d’Ingress, nous avons pris consciemment la décision de ne pas mettre en avant les achats au sein de l’application, qui est pourtant la principale source de revenus pour tout les jeux gratuits. Nous avons décidé de ne pas le faire parce que nous voulions explorer d’autres sources de revenus secondaires et tertiaires qui nous étaient uniques à nous ainsi qu’aux expériences du monde réel que nous créons. »

« Nous avons eu beaucoup de leçons avec beaucoup de partenaires durant Ingress, y compris certains qui sont resté avec nous. Softbank Mobile, au Japon, fut un des premiers partenaires avec nous sur Ingress et ils venaient avec nous et devinrent un partenaire aussi sur Pokémon Go. McDonald au japon est aussi un partenaire, de même que Toho Cinema [aussi au Japon] en est un autre, et nous avons juste annoncé le premier d’une série d’accords en dehors du Japon. Globe Mobile dans les Philippines, ont eu leurs localisations intégrés dans Pokémon Go. »

« C’est sympathique d’avoir une source de revenus secondaires qui nous est unique, ainsi nous n’avons pas de décisions difficiles à faire autour du fait d’ajouter de la publicité dans le jeu, ou d’autres éléments. »

Il continue : « Ça sonne bizarre à le dire, mais nous ne nous focalisons pas sur la monétisation. Ce n’est pas une mesure métrique pour nous. Nous sommes ravis d’avoir notre taux de conversion avec les achats inclus dans le jeu, et les gens peuvent regarder les classements et en arriver à leurs propres conclusions. »

« D’une perspective de jeu classique, c’est plus comme un MMO que n’importe quoi d’autre. Nous avons beaucoup de contenu différent et de nouvelles caractéristiques majeures planifiées. Vous avez vu certaines de ces caractéristiques après quelques mois dès que nous avons récupéré notre souffle après l’été. Vous en verrez plus et espérons que nous garderons les gens engagés, et s’ils veulent dépenser de l’argent, alors c’est ok. »

La question pour Niantic est maintenant : où après? La firme va continuer de supporter ses deux titres, mais avec son plus gros jeu basé sur une IP qu’il ne possède pas, il semble être sûr que cela crée de la pression de créer quelque chose d’autre qui lui appartiendra entièrement?

« Maintenant, nous allons prendre l’approche d’un portfolio, » dit Quigley. « Il y a seulement deux jeux dans le portfolio maintenant. Nous l’avons dit pendant des années, nous cherchons à activer d’autres détenteurs d’IP et développeurs pour créer ces types d’expériences sur notre plateforme technologique. Nous voulons que d’autres développeurs utilisent notre technologie. Pokémon Go est le premier exemple de ça. »

« Il y aura de futurs jeux sur notre route, mais rien à montrer pour l’instant. Cela reste dans le domaine de la planification sur le long terme et de mon apprentissage chez Electronic Arts après 11 ans là bas, c’est sympathique d’avoir un portfolio de jeux. »

Il conclut : « Mais nous collaborons toujours avec The Pokémon Company sur Pokémon Go et travaillons ensemble pour un futur prévisible. C’est un partenariat fantastique. »

« Maintenant, nous sommes sorti du raz-de-marée de folie qui s’est produit en été, et les gens regardent aux petites choses et aux grosses choses que nous avons lancé, ou lancerons, en espérant que cela les rassure sur le fait que nous continuons à investir sur Pokémon Go, et que nous pourrons garder beaucoup de ces gens engagés. Certains partirons, c’est la nature des jeux gratuits sur mobile et nous avons tous vu ces courbes. Donc si ça arrive, ça ne nous surprendra pas. Nous ne sommes pas attentif à ça. Nous nous focalisons sur le fait de faire un super jeu, de continuer à investir dedans, et que les consommateurs puissent décider. »


 

C’est tout pour la traduction, nous faisons le choix de ne rien interpréter et de seulement vous relater cet interview. Félicitations à ceux qui auront lu jusqu’au bout, mercredi, ce sera Noadkoko qui sera mis en vedette. Ne le répétez pas, les autres n’avaient qu’à tout lire 😉

La rédaction vous souhaite une bonne journée, et une bonne chasse!